Le Coin des Lecteurs

 


 

Un coup de cœur, un avis, une
critique… cette rubrique nous permettra d’échanger.

N’hésitez pas à laisser Vos Commentaires.

 

31 réflexions au sujet de « Le Coin des Lecteurs »

  1. Sylvie Renard

    Un vrai coup de coeur pour Thierry Cohen et « jaurais préféré vivre »
    Le sujet :
    Le 8 mai 2001, jour de ses 20 ans, Jeremy se suicide. Victoria, la femme qu’il aime l’a rejeté.
    Mais le 8 mai 2002, il se réveille… près de Victoria, folle d’amour pour lui.
    Est-il vraiment mort ? Est-ce le paradis ? L’enfer ?
    Ou seulement la réalité ? Pourquoi, alors, ne se souvient-il pas de l’année écoulée ?

    Puis, d’autres jours, d’autres réveils et Jeremy devient le spectateur d’une vie qui lui échappe. Une vie étrange, dans laquelle sa personnalité est différente, inquiétante…

  2. Delphine

    ça m’a l’air pas mal du tout… Je vais le commander le lire et on en reparle … En ce qui me concerne, je suis en train de finir « Au Bon Roman » de Laurence Cossé, c’est un pavé mais je n’arrive vraiment pas à le lâcher… Cela commence comme un polar, trois personnes échappent à une tentative de meurtre et on découvre qu’ils ont tous un point commun: une librairie d’un genre nouveau, « Au Bon Roman » qui ne vend que les perles de la littérature francophone. C’est absolument génial et je suis presque triste de le terminer…

  3. Zoé

    Mark Crick a remis ça ! !
    La baignoire de Goethe c’est quatorze histoires pleines d’humour et de dérision, écrites « à la manière de » et en guise de référence, que du beau monde: Poe, Dostoïevski, Kundera, Beckett, Sartre, Hemingway …
    Réparer un robinet avec Marguerite Duras, partager devant un lavabo bouché, les affres métaphysiques d’Antoine Roquentin, le héros de La Nausée…et par-dessus tout goûter au plaisir sensuel de la peinture murale avec Anaïs Nin, des aspects du bricolage qui, jusque là, m’avaient échappé
    J’ai adoré

  4. Françoise

    Un coup de cœur pour « Plage de Manaccora 16h 30 » de Philippe Jaenada
    Ce sont ses vacances 2007 qu’il nous raconte. La première journée d’un séjour d’été dans les Pouilles qui s’annonçait comme idyllique et en quelques heures a tourné au cauchemar, un incendie déclaré à flanc de colline ayant contraint les résidants à descendre sur une plage bientôt encerclée par les flammes et la fumée…Le suspense colle aux pages de ce récit quasi minuté autant que l’angoisse au ventre du lecteur. Et pourtant on va rire, de bout en bout. Un humour ravageur, invité surprise de situations tragiques, voire ubuesques, et pourtant bien réelles.

  5. BLENET Isabelle

    Une recommandation plutôt qu’un commentaire.
    Il s’agit d’un livre didactique et néanmoins pas ennuyeux du tout, sur les bienfaits simples et efficaces que nous procurent les abeilles.

    L’ABC de l’Apithérapie Se soigner grâce aux abeilles » par Robert Fournier, édition Grancher, collection santé.

    Le Midi-Libre a publié une interview de l’auteur dans le second cahier de dimanche 8 mars 2009 (p.3)

    C’est fou ce que cet ouvrage nous apprend en peu de temps et pour un profit immédiat puisque les produits apicoles sont naturels et aisément disponibles. Un petit exemple: saviez vous que le miel a des propriétés différentes selon son origine, accacia, eucalyptus, chataignier etc?

    Maux de gorge, insomnies ou autres paresses veineuses ont leur antidote miélleux spécifique!

    Voilà voilà, c’était juste pour participer à la bonne santé de mes contemporains grâce à une lecture agréable et ensoleillée.

    Bzz, bzz

  6. Delphine

    Je viens de terminer tard dans la soirée « Le Prédicateur », la suite des aventures d’Erica Falck,enquêtrice fouineuse de la « Princesse des glaces ». C’est un très bon polar, truffé de rebondissements et j’ai vraiment passé un excellent moment. En attendant la suite …

  7. Sylvie Renard

    Coup de coeur pour :

    Le livre des grands contraires philosophiques

    Oscar Brenifier , Jacques Després

    Pour les petits et grands enfants !
    Les illustrations sont superbes, un livre à avoir sur sa table de chevet absolument !!

    Des contraires, on en apprend depuis qu’on est tout petit.
    Dès le plus jeune âge, on découvre que des idées s’opposent et se comprennent l’une grâce à l’autre : le haut est le contraire du bas, le froid du chaud, l’obscurité de la lumière. Quand on grandit, notre pensée devient plus subtile, elle est capable de comprendre des notions plus abstraites, des idées plus complexes. Mais elle continue d’avoir besoin des contraires. Car ces grandes oppositions universelles sont celles qui structurent notre esprit, qui lui permettent de réfléchir.
    Comment concevoir l’esprit sans l’opposer au corps, l’infini sans l’opposer au fini, l’être sans l’opposer à l’apparence ? Sans contraires, on ne peut penser. Ce livre présente douze couples de contraires, définis d’abord dans ce qui les oppose, puis reliés par une question et une conclusion qui montre en quoi chacun a besoin de l’autre. Les illustrations fascinantes qui accompagnent ces étapes donnent corps et vie aux idées, car la pensée se nourrit d’images comme l’abstrait de son contraire, le concret.
    Un livre à contempler, un livre à penser, un livre unique.

  8. Nicole

    « J’aurais préféré vivre » de Thierry Cohen (+++)

    Le 8 mai 2001, jour de ses vingt ans, Jeremy se suicide. Victoria, la femme qu’il aime, l’a rejeté.
    Le 8 mai 2002, il se réveille près de Victoria, folle d’amour pour lui.
    Est-il vraiment mort ?
    Jeremy devient alors le spectateur d’une vie qui lui échappe. Une vie étrange, dans laquelle sa personnalité est différente, change, évolue, l’inquiète.
    Au fil des jours et des réveils, Jeremy va dérouler le fil d’un destin qu’il n’a pas choisi… le sien.

  9. Nicole

    « La vie devant ses yeux » de Laura Kasischke (+)

    Les toilettes d’un lycée, deux amies sont mises en joue par un adolescent armé : laquelle doit-il tuer ? L’une se désigne, l’autre se défausse. Pan !
    20 ans plus tard, Diane McFee incarne l’idéal de la femme américaine. Pourtant, derrière le calme apparent d’un quotidien sans histoire, la jeune femme se débat avec les réminiscences d’un passé traumatique.

  10. Nicole

    « Rêve d’amour » de Laurence Tardieu (+)

    Alice Grangé, trente ans, n’a conservé que peu de souvenirs de sa mère, Blandine, qui a disparu quand elle avait cinq ans. Quand son père, avant de mourir, lui apprend qu’elle a aimé un autre homme, Alice se met à la recherche de cet amant. Elle le retrouve et découvre chez lui deux tableaux peints par sa mère. Sur ce portrait des amants, apparaît une femme lui ressemblant, et un paysage de mer. Alice cessera-t-elle enfin de rêver l’amour pour le vivre?

  11. Nicole

    « J’aimerais tant te retrouver » de Fanny Brucker (+++)

    Claire a toujours eu un faible pour les hommes divorcés avec enfants. Mais un jour elle décide de quitter Paris, son travail, son compagnon, pour faire le point dans une maison de vacances au bord de l’Atlantique. Rose-Marie vit dans une sorte de refuge, parfaitement isolée au milieu de ses chevaux et de ses chers disparus. Nicolas parcourt Rochefort-sur-Mer à la recherche de sa mère qui l’a abandonné à sa naissance, il y a plus de trente ans. Il a passé une annonce dans une gazette locale et chaque jour il espère d’improbables retrouvailles. Ces trois personnages à un moment de rupture se croisent sur les routes de Charente-Maritime avant que le hasard, la curiosité ou la chance ne jouent pour eux les entremetteurs dans un jeu de piste émouvant et drôle.

    Pfff… Magnifique, émouvant, drôle ! Un vrai plaisir que j’ai eu du mal à lâcher !
    Une grande tendresse pour Rose, à qui j’aimerais ressembler plus tard ou que j’aimerais rencontrer très vite !

  12. Nicole

    « Ceux qu’on aime » de Steve Mosby (++)

    Vous laissez un message à l’un de vos proches, dont vous n’avez pas de nouvelles. Il ne vous répond que par mail ou par SMS. De nos jours, rien de plus normal. Vous inquiétez-vous ? Imaginez-vous une seconde que ce n’est pas lui qui vous a répondu, qu’il est séquestré, privé d’eau et de nourriture… et que vous n’entendrez plus jamais le son de sa voix ? Tel est le mode opératoire d’un tueur en série qui s’attaque à des jeunes femmes célibataires, les séquestre, endosse leur identité auprès de leurs proches et les laisse dépérir à petit feu, dans l’abandon le plus total. Sam Currie est commissaire, Dave Lewis journaliste, tous deux ont sur la conscience la mort ancienne d’un parent, qu’ils auraient peut-être pu sauver s’ils avaient fait davantage attention à lui. Deux hommes hantés sur qui un piège infernal va se refermer, et qui devront trouver les ressources psychologiques nécessaires pour assumer leur passé, affronter le tueur et, cette fois, être là pour ceux qu’ils aiment. Une tension dramatique oppressante, un art machiavélique de l’intrigue, une perversité sans égal : on retrouve, après Un sur deux, la marque de fabrique de Steve Mosby, qui aborde avec ce roman des thèmes aussi universels que la solitude dans la société contemporaine, la force des sentiments, et les nécessaires priorités de l’existence.

  13. Nicole

    « Le mec de la tombe d’à côté » de Katarina Mazetti (++)

    Désirée se rend régulièrement sur la tombe de son mari, qui a eu le mauvais goût de mourir trop jeune. Bibliothécaire et citadine, elle vit dans un appartement tout blanc, très tendance, rempli de livres. Au cimetière, elle croise souvent le mec de la tombe d’à côté, dont l’apparence l’agace autant que le tape-à-l’œil de la stèle qu’il fleurit assidûment. Depuis le décès de sa mère, Benny vit seul à la ferme familiale avec ses vingt-quatre vaches laitières. Il s’en sort comme il peut, avec son bon sens paysan et une sacrée dose d’autodérision. Chaque fois qu’il la rencontre, il est exaspéré par sa voisine de cimetière, son bonnet de feutre et son petit carnet de poésie. Un jour pourtant, un sourire éclate simultanément sur leurs lèvres et ils en restent tous deux éblouis… C’est le début d’une passion dévorante. C’est avec un romantisme ébouriffant et un humour décapant que ce roman d’amour tendre et débridé pose la très sérieuse question du choc des cultures.

    J’ai beaucoup aimé. Une belle histoire d’amour sans « chichi panpan ». Des personnages vrais, attachants. Tous mes sens ont été sollicités, la vue, l’ouïe, l’odorat, le goût et le toucher.
    Et ce choc des cultures…

  14. Nicole

    « Où on va papa ? » de Jean-Louis Fournier (+)

    Jusqu’ à ce jour, je n’ ai jamais parlé de mes deux garçons. Pourquoi ? J avais honte ? Peur qu’on me plaigne ?
    Tout cela un peu mélangé. Je crois, surtout, que c’ était pour échapper à la question terrible : « Qu’est-ce qu’ils font ? »
    Aujourd’hui que le temps presse, que la fin du monde est proche et que je suis de plus en plus biodégradable, j’ ai décidé de leur écrire un livre.
    Pour qu’ on ne les oublie pas, qu’il ne reste pas d’ eux seulement une photo sur une carte d’ invalidité. Peut-être pour dire mes remords. Je n’ ai pas été un très bon père. Souvent, je ne les supportais pas. Avec eux, il fallait une patience d’ ange, et je ne suis pas un ange.
    Quand on parle des enfants handicapés, on prend un air de circonstance, comme quand on parle d’ une catastrophe. Pour une fois, je voudrais essayer de parler d’ eux avec le sourire. Ils m’ ont fait rire avec leurs bêtises, et pas toujours involontairement.
    Grâce à eux, j’ ai eu des avantages sur les parents d’ enfants normaux. Je n’ ai pas eu de soucis avec leurs études ni leur orientation professionnelle. Nous n’ avons pas eu à hésiter entre filière scientifique et filière littéraire. Pas eu à nous inquiéter de savoir ce qu’ils feraient plus tard, on a su rapidement ce que ce serait : rien.
    Et surtout, pendant de nombreuses années, j’ai bénéficié d’une vignette automobile gratuite. Grâce à eux, j’ai pu rouler dans des grosses voitures américaines.

  15. Nicole

    « Moka » de Tatiana de Rosnay (+++)

    Justine a 40 ans, un mari britannique, Andrew, et deux enfants. Elle travaille en tant que traductrice free-lance et mène une petite vie tranquille. Mais un mercredi après-midi, tout va basculer. Son fils adolescent est renversé par un chauffard en plein Paris. L’inconnu prend la fuite, des témoins ont à peine le temps de noter quelques chiffres de la plaque d’immatriculation. Sérieusement blessé, Malcolm sombre dans le coma. L’enquête piétine.
    Justine et Andrew, sous le choc, s’enlisent dans la rancœur, l’incompréhension. Leur couple se fragilise. Contre l’avis de son mari, de ses parents, Justine ne renonce pas à retrouver le responsable de l’accident. Qui était au volant de la Mercedes ancien modèle couleur «  »Moka » » ? La seule personne qui soutiendra Justine, c’est sa belle-mère, la «  »so British » » Arabella, personnage aussi fantasque que surprenant. L’enquête les mènera dans une ville balnéaire du sud de la France, au seuil d’une villa qui surplombe la plage de la Côte des Basques. Mais au bout de la route, à qui, à quoi Justine sera-t-elle confrontée ?

    Quel plaisir ! Une écriture fluide, enlevée, un thème tragique qui ne verse pas dans le pathos, des rebondissements surprises.
    Je ne connaissais pas cet auteur, une merveilleuse découverte.

  16. Nicole

    « La noce d’Anna » de Natacha Appanah (+++)

    Pendant la noce d’Anna, sa mère se souvient. De la jeune femme qu’elle a été, si différente de sa fille, de ses dix-huit ans, de sa liaison, brève et passionnée, avec Matthew rencontré à Londres, de son retour à Paris, seule et enceinte. Au fil de cette journée les souvenirs resurgissent accompagnés de regrets, d’espoirs et d’envies ; parce qu’elle en a encore, des envies, cette femme célibataire qui marie sa fille…

    J’ai adoré ! Comme je me suis retrouvée dans Sonia ! Matthew…
    24 ans en une seule journée, un passé, un présent, un futur.
    Si vous pouvez ne passez pas à côté !

  17. delphine

    Je viens de terminer le roman de Delphine Le Vigan, No et moi et j’ai vraiment passé un agréable moment. C’est L’histoire de Lou, lycéenne précoce, de No, alias Nolwenn, qui vit dans la rue et de leur rencontre: Lou, malgré un passé familial très pesant va tenter de sortir No de la rue et de lui redonner gout à la vie … Une beau roman sur l’adolescence doublée d’une touchante histoire d’amitié … A découvrir absolument !

  18. Delphine

    Je signale aussi au passage la parution en poche de la suite des « Yeux jaunes des crocodiles  » de Katerine Pancol… Avis aux amateurs !

  19. Nicole

    Merci pour l’info Delphine, « La valse lente des tortues » je l’attendais !!!
    J’en ai 3 sur le feu dès qu’ils sont terminés je te passe commande !

  20. Nicole

    « Pas de berceuse pour Fanny » de Sophie Hannah (+++)

    Elle s’est absentée pour deux heures seulement… David, son mari, était censé surveiller leur petite fille âgée de deux semaines. Mais quand Alice Fancourt entre dans la chambre du bébé, le cauchemar commence. Car, Alice en est certaine, le nourrisson qui dort dans ce berceau n’est pas sa petite fille. C’est un bébé inconnu… Son mari refuse de la croire et devient de plus en plus agressif. Il jure qu’elle est folle ou qu’elle ment. Alice doit à tout prix convaincre la police qu’elle dit vrai. Sinon, il sera trop tard.

    Je remercie ma grande pour ce cadeau qui m’a apporté quelques heures de suspens bien agréables !

    A éviter si on est une toute jeune maman !

  21. Philippe

    L’infiltré de John GRISHMAN.

    Ce livre est un véritable piége.
    Vous l’ouvrez, vous ne pouvez plus le refermer.
    Tout au long des quatre cents pages, John GRISHAM nous fait approcher le monde des grands cabinets d’affaires américains au travers d’une histoire au suspense incroyable.
    Chaque chapitre est un rebondissement, une surprise, une découverte.
    Des personnages décrits avec sincérité et sensibilité que l’on à envie, pour certains, de rencontrer.
    Je vous invite à découvrir » L’infiltré » et son super Kyle.
    Merci à la librairie AB de nous régaler ainsi.

  22. Bixente

    Delphine, Annick,
    Vous m’avez gentiment invité au vernissage des œuvres de Pascal VOCHELET (ou Paul).
    Quelle réussite !
    Des toiles qui sous un aspect quelque fois inquiétant nous font largement rêver
    Quelle ambiance dans la LIBRAIRIE AB : convivialité, professionnalisme,…, mais stop.
    C’était fort.

    Merci.

  23. Philippe

    Lisbeth m’avait séduit dans « Les hommes qui n’aimaient pas les femmes ».
    Je suis toujours sous le charme dans « La fille qui rêvait d’un bidon d’essence et d’une allumette »…
    Quel suspense !

  24. Jean Charles

    Ce soir j’ai envie de dire tout simplement BRAVO et MERCI.
    Ne cherchez surtout pas de quel bouquin je parle, de quel article,…
    Bravo et Merci à la LIBRAIRIE AB pour son mois d’août qui a réveillé Lunel.

    ART EN BAZAR, quelle réussite…..
    Quatre samedi de culture, de convivialité ( hum…ces apéros), d’artistes et d’œuvres de qualité : Karine MIRA, Goro, » l’Esat Via Domitia » et « Bear galerie »

    A l’année prochaine…
    Jean Charles.

  25. Nicole

    « Mesdames, souriez » de Jessica L. Nelson (++)

    Quand Louisa-Marie, vingt ans à peine, débarque à Paris pour y faire ses études, elle se dit que 80 m² sur la place des Vosges, ça doit pouvoir se partager, même avec une presque centenaire….
    Hélas, ça prend plus de place qu’elle ne l’imaginait, une vieille avec ses manies, ses culottes des Trente Glorieuses, son immonde cabot, sa messe télévisée à plein volume le dimanche matin. Quant
    à la jeune fille, qui pourrait supporter ses retours à l’aube, sa paresse, son insolence ? Egoïstes, jalouses, en manque de tendresse, ces deux femmes, bouleversantes, se ressemblent plus qu’il n’y
    paraît. Par 35°C à l’ombre, lors d’un mémorable été caniculaire, les relations s’enveniment. Excédée, à bout de nerfs, Louisa-Marie caresse des idées de meurtre. Il faudra bien que l’une des deux
    disparaisse…

  26. Nicole

    « Un hiver avec Baudelaire » de Harold Cobert (+++)

    Sa femme l’a mis dehors, son CDD n’est pas prolongé. Philippe est happé dans la spirale infernale et passe de l’autre côté de la barrière sociale : SDF, confronté à la dure loi de la rue, faite de
    solitude, de honte et de violence. Jusqu’au jour où il rencontre Baudelaire. Grâce à cet inénarrable compagnon d’infortune, et avec l’aide d’un vendeur de kebab, d’une riche veuve et d’une dame
    pipi, il réussit à remonter la pente. Et à retourner à une vie normale. Plongée sans fard dans le quotidien des plus démunis, Un hiver avec Baudelaire, en mêlant romanesque et vérité sociale,
    poésie et âpreté, rappelle cet équilibre précaire qui régit nos vies.

    Préparez vos mouchoirs !

    Vous ferez également une bonne action, une partie des droits d’auteurs est réservée au Fleuron Saint-Jean, péniche qui accueille les sans-abri avec leur ami à quatre pattes.

  27. Bixente

    Je vous souhaite une excellente année 2010.

    Que les samedis du mois d’août se mulitiplient….
    Que vos livres nous fassent toujours autant rêver….

    Gros bisous à Delphine, Annick, Domi et sans oublier Yvette bien sûr.

    Bixente.

  28. delph

    Un vrai coup de coeur pour le dernier livre de Janine Teisson « La salle de bain d’Hortense » l’histoire à la fois drôle et émouvante d’une rencontre entre deux femmes, Hortense 90 ans et Patricia
    « Pat » une jeune fille à la dérive … Nous en reparlerons bien sûr autour d’une soupe et avec l’auteur au mois de mai !

Les commentaires sont fermés.