Nadia C. par Lola L.

Jeux Olympiques de Montréal 1976 : une gamine de 14 ans affole les compteur et décroche le premier 10 de l’histoire de la gymnastique. Fascinée, la narratrice de ce roman imagine une correspondance avec Nadia C. et s’applique à retracer son parcours.

Le roman de Lola Lafon n’est pas juste un livre sur la gymnastique et sur la championne roumaine Nadia Comaneci. C’est un brillant face à face entre Est et Ouest, communisme et capitalisme. Elle présente la Roumanie comme une fabrique d’enfants soldats en justaucorps manipulés et utilisés à la gloire du système en place. On passe de la poutre et de la vie de Nadia C. aux prémices de la révolte populaire de novembre 1989 et la chute du mur de Berlin. Ce roman évoque aussi le passage à l’âge adulte de ces jeunes athlètes adulées pour leur corps d’enfant et rejetées à la puberté, ce que Nadia C. appelle sa « Maladie ».

La petite communiste de Lola Lafon fait partie des belles découvertes de la rentrée de janvier et mérite sans aucun doute aussi un 10.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *