Rentrée littéraire d’hiver 2020

Je suis l’hiver, Ricardo ROMERO, traduit de l’espagnol par Maira MUCHNIK (Asphalte) – Le coup de cœur de Delphine :

« Un village.

Un flic.

Un lac.

Un arbre.

Un corps suspendu.

L’inspecteur Asiain décide de taire sa découverte, mène une étrange enquête et convoque les fantômes du passé. Ricardo ROMERO attrape habilement son lecteur dans une enquête qui se resserre petit à petit autour de l’assassin, où l’inspecteur brouille les pistes. Le tout dans une ambiance lourde de secrets, hantée par le silence de la neige. Sublime ! »

Autochtones, Maria GALINA, traduit du russe par Raphaelle PACHE (Agullo Fiction) – Le coup de cœur de Florence :

« Comment l’enquête d’un étranger autour d’une légende, dans une banale petite ville, passe du folklore sympathique au cauchemar mystique. Ce roman est un opéra, ses personnages des tragédiens qui se jouent de l’étranger. Passionnant ! »

La vie que tu t’étais imaginée, Nelly ALARD (Gallimard) – Le coup de cœur de Florence :

« Un très beau portrait de femmes : Elissa, sa mère Karolina, peut-être descendantes de l’Impératrice Sissi. Nelly ALARD cherche la vérité et nous entraîne dans une enquête passionnante. »

Mitclàn, Sébastien RUTES (Gallimard) – Le coup de foudre de Delphine :

« Stop ! Arrêtez-vous une minute et imaginez. Deux hommes chargés de faire le sale boulot et de conduire un camion frigorifique avec à son bord 157 cadavres. Destination : nulle part. Alors Vieux et Gros roulent, pensent, confient leurs regrets et leurs secrets. Un livre d’une grande noirceur, teinté d’une poésie singulière. Vous avez entre les mains un roman rare et puissant. »

Sankhara, Frédérique DEGHELT (Actes Sud) – Le coup de cœur de Delphine :

« Le grand retour de Frédérique DEGHELT ! Un roman où deux voix se mêlent, celle d’Hélène qui quitte tout pour dix jours de retraite en silence et Sébastien son mari, journaliste à l’AFP qui se débat dans le tumulte du monde. Un livre qui donne à repenser notre rapport au monde pour mieux l’appréhender. Très réussi ! »

La loi du rêveur, Daniel PENNAC (Gallimard) – Le coup de cœur de Delphine :

« Du grand Pennac ! Où commence le rêve et finit la réalité ? Cheminez dans la tête de Daniel PENNAC aux côtés des gens qu’il aime et de Federico Fellini… ou pas. »

Sugar Run, Mesha MAREN, traduit de l’américain par Juliane Nivelt (Gallmeister) – Le coup de cœur de Delphine :

« Ancienne détenue, Jodi est libérée alors qu’elle aurait dû passer le reste de sa vie en prison. Elle doit cependant tenir une promesse avant d’envisager son avenir, retirée du monde. Mais la vie en a décidé autrement. Mené tambour battant, Sugar Run est une histoire de femmes, de maternité, de rédemption qu’il est impossible de lâcher. »

Paria, Richard KRAWIEC, traduit de l’anglais par Charles RECOURSE (Tusitala) – Le coup de foudre de Delphine :

« Définitivement conquise par la beauté et l’humanité de la plume de Richard KRAWIEC (bravo au traducteur Charles RECOURSE). Il raconte les oubliés de l’Amérique comme personne. Paria est un des grands romans de cette rentrée. (Préface signée par Hervé Le Corre, la boucle est bouclée). »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *